La modification des licences Elasticsearch alimente la colère de la communauté open source

Elasticsearch, un projet open source extrêmement populaire, est modification des conditions de licence. Passe d’Apache 2.0 à SSPL & Elastic License. Ils ont des raisons de le faire, mais indépendamment, la communauté open source est très contrariée par cette décision et appelle la société mère Elastic pour ce qu’elle considère comme de l’hypocrisie. Analysons ce grand changement et ce que cela signifie pour l’industrie en général.

Pourquoi Elasticsearch a-t-il modifié cette licence?

Elastikos a dit le changement de licence “protège notre investissement continu dans le développement de produits que nous distribuons gratuitement et ouvertement, limitant les fournisseurs de services cloud à offrir nos produits en tant que service sans partager leurs modifications et le code source de leurs niveaux de gestion de service.”

La transition vers une licence SSPL et Elastic vise à rendre plus difficile pour AWS, en particulier, de récolter les avantages de l’open source sans contribuer. AWS Elasticsearch est le plus grand concurrent d’Elastic, qui gère son propre service hébergé Elastic. Une entreprise beaucoup plus grande avec une portée plus large, AWS vole le déjeuner Elastic – et ils n’en sont pas très heureux. Elastic veut qu’AWS et d’autres entreprises similaires paient pour les droits de redistribution.

Comment AWS a-t-il répondu?

AWS a est allé à l’attaque, publiant un article de blog disant: “Elastic sait que ce qu’ils font est merveilleux” et a demandé à Elastic de promettre qu’il “ne changerait jamais” la licence Apache 2.0 d’Elasticsearch. Créer un projet séparé avec la licence Apache 2.0. Ils invitent désormais tous les développeurs open source à se réunir.

AWS a fait de même avec MongoDB lorsque Mongo a créé SSPL pour protéger son produit de la vente par Amazon. AWS a simplement renommé son service DocumentDB. Il s’agit simplement d’un service renommé créé à partir d’une version antérieure de Mongo.

Mongo propose un service hébergé appelé Atlas qui a très bien fonctionné depuis le passage à SSPL. Leurs revenus sont passés à un demi-milliard. PDG de Mongo Dev Ittycheria commenté depuis ce changement, “la popularité de Mongo a explosé”. Il a en outre répondu au sentiment d’Elastic en déclarant: «Nous dépensons environ 50% de notre R&D [budget] dans le [core MongoDB open-source project], qui est gratuit, non? De nombreux fournisseurs de cloud consacrent un minimum de R&D à fournir ouvertement leurs produits. Et nous avons pensé qu’il était complètement injuste pour quelqu’un de prendre notre travail acharné, notre temps et notre argent et ensuite d’essayer d’en profiter. “

Nombreux sont ceux qui aiment la situation des organisations qui ne peuvent pas profiter pleinement de leur travail. Cependant, nombreux sont ceux qui pensent le contraire.

La communauté open source est furieuse contre le changement de licence d’Elasticsearch

Les réactions à ce changement de licence d’Elasticsearch vont de la sympathie à la colère en passant par la confusion – et tout le reste. Voici quelques faits sur ce problème:

  • Elasticsearch a été développé par Apache Lucene, qui est entièrement ouvert à ce jour.
  • Environ 1 600 développeurs ont contribué à Elasticsearch, ce qui en fait le projet célèbre et réussi qu’il est aujourd’hui.
  • Elastic avait tous les signes d’un développeur un CLA (accord de licence contributeur), qui donne à l’entreprise tous les droits de faire ce qu’elle veut avec la contribution de chaque développeur.

Elastic doit son succès à la communauté open source. Son ascension de l’obscurité à l’introduction en bourse dans une entreprise avec un avec une capitalisation boursière de 14 milliards de dollars est en grande partie dû à l’adoption et au travail acharné des développeurs open source. Beaucoup de ces développeurs ont même rejoint l’équipe Elastic pour cette raison: la fierté de travailler sur un projet open source de premier plan. Maintenant qu’Elastiki a usurpé les droits exclusifs sur l’ensemble de ce projet, la communauté open source est naturellement indignée par Elastiki.

Comme AWS l’a souligné, Elastic a promis de ne jamais modifier la licence Apache 2.0, qui, selon eux, avait changé. Beaucoup le voient comme Elastic qui tire lui-même un AWS dans la communauté open source. C’est un point valable et est au cœur de cette question. Cela soulève des questions plus profondes sur la viabilité de l’open source et même d’un système capitaliste axé sur le marché.

Génération de revenus open source

L’open source a été un avantage pour l’économie en général. Des projets comme Linux et Kubernetes changent tous les aspects de la technologie et de la vie quotidienne. Cependant, les organisations qui l’ont fait uniquement via l’open source sont très peu nombreuses. Red Hat, le lot le plus réussi, a réussi son succès en fournissant des services de support pour Linux.

Aujourd’hui, les services d’hébergement entièrement gérés ont remplacé l’ancien modèle de «support» en tant que meilleur moyen de générer des revenus open source. C’est pourquoi il y a une ruée vers l’or pour savoir qui peut offrir la meilleure gestion Kubernetes aujourd’hui. Les trois principaux fournisseurs de cloud ont un avantage certain en raison de leur échelle et de leurs poches profondes. Ils ne peuvent dépenser personne d’autre et détruire la concurrence. Sinon, voici un nouveau produit rien que pour vous! C’est exactement ce qui se passe ici avec Elastic. Alors que le développement d’Elastic serait l’envie de la plupart des organisations construites autour de l’open source, Elastic est susceptible de laisser de l’argent, et une grande partie, sur la table pour qu’AWS puisse le récupérer. La question de savoir si Elastic doit être satisfaite de son succès ou pleurer sur le fait qu’AWS mange sa part du gâteau est discutable.

L’équilibre délicat entre capitalisme et moralité

Licence Elasticsearch

Suttercock

Un autre aspect qui émerge est l’efficacité des marchés dans un système capitaliste. Ici, le meilleur chien obtient la plus grande part du gâteau, mais cela signifie également que de nombreux autres bénéficient des avantages du succès des meilleurs chiens. Par exemple, les développeurs open source ont des options de carrière lucratives dans ces grandes entreprises. Les actionnaires bénéficient des bénéfices. De plus, il est également possible pour Elastic d’innover AWS sur le terrain et de voir sa valeur augmenter régulièrement. Cependant, Elastic soutiendrait qu’AWS a jusqu’à présent copié toutes ses innovations – ce pour quoi ils se battent actuellement devant les tribunaux.

Cela finit par être une question d’éthique. Il est parfaitement légal pour AWS de rehausser le succès d’un projet open source sans donner en retour, mais est-ce juste? Il est parfaitement légal pour Elastic de modifier les droits de licence et de revendiquer des droits sur le travail de développeurs open source non rémunérés, mais est-ce juste? Ces entreprises devraient-elles préférer une croissance économique agressive à la justice et aux valeurs? Ces questions seront répondues différemment par différentes personnes, mais ce sont les questions cruciales ici.

Gouvernance open source

Les grandes entreprises surveillent de près et tentent de protéger (un mot qu’Elastic a beaucoup utilisé ces derniers jours) leurs intérêts. Il est temps que les développeurs open source prennent conscience de cela et protègent leurs propres intérêts. Comme dit @ehashdn «C’est pourquoi je ne contribuerai pas à des projets qui nécessitent une CLA sans gouvernance communautaire. S’il n’y a pas de CLA, le projet ne peut pas modifier unilatéralement la licence et doit continuer à respecter les termes originaux de mon engagement. «Les développeurs doivent faire attention lorsqu’ils s’engagent dans des projets sans organisme gouvernemental.

On peut s’attendre à ce que cet événement entraîne de nombreux changements dans les projets open source. De nombreux développeurs insisteraient pour que les projets importants fassent partie d’une institution. La CNCF est aujourd’hui la plus évidente des fondations, avec la collaboration de tous les fournisseurs du bloc. En outre, il doit y avoir des structures claires sur la manière dont l’avenir du projet sera décidé. Par exemple, Linkerd vient d’annoncer un Comité d’organisation, ce qui est un grand mouvement de renforcement de la confiance et contraste avec Istio, un projet dans lequel Google détient toujours les rênes.

Ainsi, il semble que se retirer de tout cela ne soit qu’une licence ne soit pas suffisant. La prochaine fois que vous décidez d’adopter un projet open source, jetez un œil à la société mère derrière celui-ci. Et si vous êtes un client des grands fournisseurs de cloud, remettez en question leur éthique avant de leur faire perdre de l’argent.

Image en vedette: Shutterstock


Affichage des messages:
3


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *